Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark

LOPES Marie

 

Dire Pessoa, c’est élancer le verbe à la verticale, c’est dire l’incendie qui crépite, roule, explose pour mieux éclairer, irradier, illuminer le mystère…

Avec une voix multiple qui est à la fois chair et esprit, qui se métamorphose, Marie Lopes se fraye un passage vers la conscience de soi et du monde, vers
un ailleurs en devenir, vers un désir toujours plus grand être.

La voix se fait trait d’union entre la chair et la parole, entre le quotidien et le rêve, dans une turbulence, un cataclysme, une éruption de couleurs où tour à tour, l’amour, la joie, le désespoir et le tragique se fondent, s’éclipsent puis se télescopent.

Raul Cortés Castañeda avec ses bâtons de charbon qu'il a créés lui-même, derrière un cadre de grand format, invisible, dessine le poème. Des lignes,
des formes apparaissent au son et rythme du texte.

 

Plus d'infos sur : https://www.facebook.com/pages/category/Performance-Art-Theatre/Th%C3%A9%C3%A2tre-dOr-aux-Martinats-Boussac-Bourg-programmation-de-l%C3%A9t%C3%A9-828587057332788/

 

2014

Hommage à « GABO » Gabriel GARCÍA MÁRQUEZ

2016

UBU SULTAN de Clément MARAUD

Variations autour de l'être et autres curiosités

LES YEUX DE LA TERRE

2017

UBU SULTAN de Clément MARAUD

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus