Evènements


08.05.16 - 08.05.16

Passage des heures de Fernando PESSOA - PERFORMANCE poétique et plastique


Performance Poétique : Marie Lopes
Performance Plastique : Raul Castañeda


Dire Pessoa, c’est élancer le verbe à la verticale,
c’est dire l’incendie qui crépite, roule, explose
pour mieux éclairer, irradier, illuminer le mystère…
Avec une voix multiple qui est à la fois chair et esprit,
qui se métamorphose, Marie Lopes se fraye un
passage vers la conscience de soi et du monde, vers
un ailleurs en devenir, vers un désir toujours plus
grand d’être.
La voix se fait trait d’union entre la chair et la parole,
entre le quotidien et le rêve, dans une turbulence, un
cataclysme, une éruption de couleurs où tour à tour,
l’amour, la joie, le désespoir et le tragique se fondent,
s’éclipsent puis se télescopent.
Raul Cortes Castañeda avec ses bâtons de charbon
qu'il a créés lui même, derrière un cadre de grand
format, invisible, dessine le poème. Des lignes,
des formes apparaîssent au son et rythme du texte.


“Sentir tout de toutes les manières
tout vivre tout de toutes parts,
Être la même chose de toutes les
façons possibles en même temps,
Réaliser en soi toute l’humanité de
tous les moments
En un seul moment diffus, profus,
complet et lointain.”

Fernando Pessoa



Tel est le programme fixé par Alvaro de Campos alias Pessoa dans ce Passage des heures qui coure vers le monde autant que vers ses espaces intérieurs. Une course effrénée, solaire, vitale, en quête d’excès, de sensations exacerbées. Une marche lyrique ponctuée d’exclamations, d’onomatopées, de débordements furieux, dans l’exaltation d’un souffle ou d’un envol.

« Passage des heures » est un long poème écrit en 1916, sous-titré “ ode sensationniste”. Pessoa y affirme une dynamique, une puissance en surchauffe à la fois intellectuelle, physique et émotionnelle. Mais celle-ci est canalisée, sublimée par une puissance équivalente de construction et de développement ordonné de la conscience. D’un seul geste, il met ainsi toutes les forces à sa disposition pour embraser, embrasser l’humanité et l’univers tout entier.





LOPES Marie
CASTAÑEDA Raúl