Artistes

BERNABE Haude


Haude BERNABÉ, sculptrice française, née en 1963 à Brest, vit et travaille à Paris. Au-delà de la présence de ses œuvres dans de nombreuses collections particulières en France et à l’étranger, dont la collection Cérès Franco d’art contemporain, ce qui frappe chez cette sculptrice, est la force de sa création…

Faites de métal brut découpé, soudé, torturé, comme malaxé, les sculptures d’Haude Bernabé ont cette brutale présence du cri primal derrière lequel la composition mathématique n’est jamais loin. Un univers que l’on se dépêcherait de rapprocher des arts premiers mais qui bien au-delà des clivages et des catégories est une démarche éminemment personnelle sans concession aux modes dans lequel l’intelligence intuitive et la réflexion constructiviste se mêlent étroitement.

Un vrai coup de cœur dans un paysage artistique actuel où la cosmétique l’emporte sur la puissance du projeté. Un paysage ou la sculpture « Fashionable » des apprentis Jeff Koons devient une norme à laquelle se conformer au risque d’être hors du coup.

L’œuvre de la sculptrice nous rappelle qu’au-delà des effets de mode et des « concept artists » La sculpture, sinon l’Art est affaire de Tripes, de vision, d’émotion et de vision, que cet ensemble est parfois beau comme un jour de printemps, parfois torturé, puissant comme une tempête en mer et que ces différents états en définissent le sens.

Kossi Aguessy

EXTRAIT LES AMES DU FER
Par âpre et vive possession, Haude Bernabé invente une trame élémentaire, puis elle jette la clef des codes. Nées d’hier et d’aujourd’hui, d’ailleurs et de chez elle, ses formes acérées, évidées et possédées, font disparaître tous les faux-semblants de la modernité. Par sa matière durcie, elle déchire l’étendue.

Ses sculptures ne sont pas soumises à ce qui vient du dehors ou du dedans. Elles sont signes d’espace, qui invente de l’espace.

A la fois parfaite et imparfaite, la sculpture dense et aérienne de Haude Bernabé crée de l’instabilité dynamique et vivante, loin de l’inertie des choses fatiguées. Ses sculptures sont d’immobiles fulgurances, des plaques d’infimes tempêtes, et des transferts ciselés d’instants privilégiés.

Christian Noobergen, extrait « Haude Bernabé, Shorts cuts » parution en avril 2016.



2016

ELLES...